Portail » œuvres » héritages et meubles de style

document pédagogique Majorelle ::

héritages et meubles de style

Auguste Majorelle et Mangeot Frères et Cie, piano à queue, 1878, musée de l'Ecole de Nancy
Auguste Majorelle et Mangeot Frères et Cie, piano à queue, 1878, musée de l'Ecole de Nancy
Ce piano est exécuté par les facteurs de piano Mangeot, associés aux Américains Steinway, et décoré par Auguste Majorelle. Il est présenté à l'Exposition Universelle de Paris en 1878. Le succès obtenu par les deux maisons nancéiennes leur vaut une récompense officielle et une grande notoriété.
Le décor de cette pièce presque unique (un autre exemplaire a été identifié) révèle l'engouement général pour l'exotisme, diffusé à l'époque par le Lorrain Edmond de Goncourt. Les trois pieds sont en effet constitués de têtes de chien Fô ou chien de Bouddha (carlin chargé de garder les autels voués au culte des ancêtres) d'inspiration chinoise. La caisse est ornée de motifs mêlant les influences chinoises et japonaises : le porte partition, qui mêle entrelacs et motifs végétaux, évoque le style rocaille alors en vogue.
Ce piano est un exemple tout à fait représentatif de l'éclectisme historique qui règne dans les arts décoratifs à cette époque.

Louis Majorelle, meuble d'appui, 1885, musée de l'Ecole de Nancy
Louis Majorelle, meuble d'appui, 1885, musée de l'Ecole de Nancy, cliché C. Philippot
Ce meuble d'appui réalisé en 1885 entre dans la catégorie des meubles de style.
Louis Majorelle rassemble pour sa composition deux sources d'inspiration fréquentes au XIXe siècle : le style Louis XV, très en vogue dès les années 1850, et l'Orient, qui connaît un succès important dans la décoration intérieure à partir du XVIIIe siècle.
Cette double influence est déjà présente dans les céramiques et meubles conçus par son père Auguste dans la manufacture familiale de Toul. Lorsque Louis lui succède, il reprend le langage formel et l'iconographie qui étaient ceux de son père et ont constitué le socle de son apprentissage.
La forme générale du meuble se compose de lignes courbes soulignées par des applications en bronze ciselé et patiné de style rocaille. Pour le décor, il emploie la technique du vernis Martin, connue depuis le XVIIIe siècle et remise au goût du jour par son père. Chaque élément apparaît ainsi en relief et en contraste par rapport à l'arrière-plan. Une scène orientale, aux motifs de plantes et d'animaux exotiques sur fond noir, est mise en valeur dans un cartouche sur la partie centrale de la porte.
L'ensemble du meuble possède une véritable unité qui souligne le savoir-faire technique et stylistique de Louis Majorelle.