Portail » exploitations pédagogiques » histoire et histoire des arts, collège et lycée

document pédagogique Majorelle ::

histoire et histoire des arts, collège et lycée

Classe de quatrième
Dans le cadre des nouveaux programmes de collège (entrée en application en 2011-2012), plusieurs possibilités se présentent à l’enseignant :

Partie 3 : Le XIXe siècle, thème 1 : l’âge industriel.
L’enseignant peut choisir d’étudier un entrepreneur et son entreprise au XIXe siècle. Dans ce cas, l’étude de la manufacture Majorelle peut s’avérer pertinente, puisqu’il s’agit d’analyser l’historique, mais également la stratégie économique (production, commercialisation) de l’entreprise.
Pour cela, il est possible de s’appuyer sur les pages Internet suivantes : la manufacture, les fiches techniques, le style Majorelle (onglet documentation).

Thème transversal au programme d’histoire : les arts, témoins de l’histoire des XVIIIe et XIXe siècles.
L’enseignant peut choisir une œuvre ou un artiste significatif pour la partie consacrée à l’âge industriel. L’étude de cas consacrée à Majorelle peut servir de support à ce thème transversal.
L’enseignant peut ainsi s’appuyer sur une œuvre caractéristique de l’Art nouveau chez Majorelle (par exemple le mobilier Nénuphar ou la lampe Magnolia).

Histoire des arts
« Chaque enseignant s’attache à l’histoire et à l’analyse d’un domaine artistique privilégié, mais ne s’interdit pas d’explorer les autres domaines » (Encart BO n°32 du 28 août 2008). L’enseignement de l’histoire des arts s’appuie sur 3 piliers :
- Les périodes historiques : en quatrième les XVIIIe et XIXe siècles.
- Six grands domaines artistiques. Parmi lesquels, l’étude de Majorelle peut s’intégrer dans le domaine intitulé « Les arts du quotidien » : arts appliqués ; design, objet d’art ; arts populaires.
- Six thématiques parmi lesquelles les enseignants sont libres de choisir. Deux peuvent être retenues :
Arts, techniques, expressions : Majorelle peut être envisager dans le cadre d’une réflexion sur les techniques et l’œuvre d’art (marqueterie par exemple).
Arts, ruptures, continuités : l’enseignant peut travailler sur les différents styles Majorelle, entre imitation du XVIIIe siècle (meubles en vernis Martin par exemple), Art nouveau et Art Déco.
Dans cette partie, il peut également réfléchir sur la composition d’œuvres de Majorelle, à travers, notamment des objets comme la lampe Magnolia ou l’ensemble aux Nénuphars (végétal qui inspire la structure de l’œuvre).

 

Classe de première
Comme au collège, l’exemple de Majorelle peut être utilisé dans des cadres différents :

En classe de première L et ES : Partie 1, l’âge industriel et sa civilisation du milieu du XIXe à 1939, thème 2 « Religion et culture ».
L’étude de Majorelle peut donc s’intégrer à l’étude des grands mouvements artistiques de la période. Il peut servir d’exemple représentatif de l’Art nouveau, mais également de l’art déco.
Dans ce cas, puisqu’il ne s’agit que d’une petite partie du programme, il est préférable de choisir une ou deux œuvres représentatives, plutôt que de faire une présentation exhaustive.

Histoire des arts
L’enseignement est également prévu au lycée (Encart BO n°32 du 28 août 2008, Organisation de l’histoire des arts).
Il se fonde toujours sur 3 piliers :
- Les périodes historiques : en première le XIXe siècle.
- Six grands domaines artistiques, identiques à ceux du collège. Le travail peut donc se faire dans la même optique, à savoir Majorelle, représentant des arts décoratifs.
- Des thématiques réparties en quatre champs (anthropologique, historique et social, technique, esthétique) :
Dans le champ anthropologique, la thématique « Arts, réalités, imaginaires ».
Il est question ici de réfléchir sur l’art et le réel (observation, représentation, stylisation). L’Art nouveau, donc Majorelle, cherche à imiter la nature qui sert de modèle aux objets.
Dans le champ historique et social, la thématique « Arts et économie ».
Cette thématique invite l’enseignant à s’interroger sur les rapports entre l’œuvre d’art et son contexte économique de production et de réception, en étudiant notamment l’art et le marché (commanditaires, commercialisation), l’artiste et la société (mode de vie, comportements).

Travaux Personnels Encadrés en première
- Thème commun aux séries ES, S et L : L’Homme et la nature
Un axe de recherche proposé dans les instructions officielles peut être retenu : « représentation et interprétation de la nature ». Dans ce cas, l’Art nouveau, et en particulier Majorelle, peut être un sujet pertinent, dans la mesure où la nouveauté réside dans le fait que les artistes de l’Ecole de Nancy s’inspirent de la nature pour concevoir la structure de leurs œuvres.
- Thèmes spécifiques à la série L : « L’image », « Réalités, représentations », « Œuvres et techniques », « Formes et figures du pouvoir ».
Le thème « œuvres et techniques » semble être le plus pertinent. Il implique en effet plusieurs axes de recherche que l’on peut lier à Majorelle :
- Création et technique (les différentes techniques mises en œuvre par Majorelle).
- Les acteurs : l’artisan, l’artiste, l’ingénieur, le commanditaire (statut de Majorelle à la fois artiste, mais également industriel d’où la recherche du profit).
- Le progrès technique, source d’inspiration des artistes (Majorelle représentatif de la révolution industrielle).