Portail » œuvres » les meubles Art Déco

document pédagogique Majorelle ::

les meubles Art Déco

Louis Majorelle, vitrine Art Déco, vers 1920-1925, musée de l'Ecole de Nancy
Louis Majorelle, vitrine Art Déco, vers 1920-1925, musée de l'Ecole de Nancy, cliché Studio Image Cette vitrine réalisée du vivant de Louis Majorelle est fabriquée entre 1920 et 1925 par l'entreprise Majorelle. Sa ligne est sobre et élancée : c'est une haute vitrine étroite en acajou et verre.
A l'intérieur, trois étagères divisent l'espace. Le fond est entièrement recouvert d'un tissu orangé agrémenté de marguerites dorées. Dans la partie inférieure, une niche est parée d'une rosace en incrustations de nacre et en marqueterie de bois décorée de fleurs stylisées. Les matériaux purs de la pièce sont mis en valeur. Les veines du bois de la niche soulignent la verticalité du meuble. Les pieds délicats assurent une finesse et une légèreté à l'ensemble de l'architecture de la vitrine. Les serrures discrètes des portes sont en métal doré.
On retrouve dans ce meuble plusieurs caractéristiques du mouvement Art Déco : le motif floral géométrisé, le traitement des surfaces avec marqueterie et incrustations de matières nobles et la polychromie des bois.

Etablissement Majorelle, éléments de chambre à coucher, vers 1929, musée de l'Ecole de Nancy
Etablissement Majorelle, éléments de chambre à coucher, vers 1929, musée de l'Ecole de Nancy, cliché C. Philippot Cette chambre à coucher, aux formes angulaires, commercialisée à partir de 1929, est bien éloignée des douces courbes végétales du « Majorelle » d'avant 1914. Louis Majorelle est mort depuis trois ans quand le mobilier est créé par Alfred Lévy et Pierre Majorelle. Paul Beucher, de l'entreprise Ruhlmann, vient d'être embauché. Alfred Lévy s'inspire fortement du lit Katz, de Ruhlmann (1923) pour la forme de cette chambre à coucher.
La chambre est constituée d'un lit, de deux chevets singuliers, d'une armoire et d'une coiffeuse-psychée. L'esprit d'art total cher au mouvement Art nouveau perdure. La signature en marqueterie « Majorelle Nancy » est apposée sur l'ensemble du mobilier. Un jeu sobre de filets d'ivoire verticaux ponctue le bois de palissandre de chaque meuble.
La tête de lit démesurée surplombe les traverses et le pied, de même hauteur. Les pieds biseautés du mobilier sont ornés de poignées de tirage en ivoire. La niche de l'armoire est incrustée de nacre dans son intégralité.