Portail » documentation » le premier « style » Majorelle

document pédagogique Majorelle ::

le premier « style » Majorelle

Un héritage
Lorsque Louis Majorelle reprend l'entreprise familiale vers 1880, le XVIIIe siècle exerce depuis plusieurs décennies une forte influence sur les ébénistes et les décorateurs. Auguste Majorelle, le père de Louis, a construit sa renommée grâce à la création de meubles de style et de céramiques d'inspiration rocaille ou orientale, incluant des décors laqués. L'héritage du passé fait donc partie de la formation stylistique de Louis Majorelle. L'enseignement qu'il reçoit à l'Ecole des Beaux-Arts complète ses bases plastiques et son intérêt pour la tradition picturale.

La création traditionnelle
Jusqu'au début des années 1890, il poursuit donc la production de mobilier inspiré du XVIIIe siècle et la copie de style, sans pour autant tomber dans le pastiche. Il utilise pour ses compositions la manière paternelle du décor laqué au vernis Martin. Il réalise des commandes marquées par le répertoire oriental et les styles Louis XV et Louis XVI. Le travail de la marqueterie lui permet d'allier matières et effets d'image. Il renouvelle la technique intarsienne qui consiste à découper des éléments de placages et à les rapporter dans des cavités creusées dans la surface de panneaux massifs.
A la fin de cette décennie, sa connaissance aboutie des styles et techniques traditionnels ainsi que l'émergence de l'Art nouveau à Nancy, l'incitent à se questionner sur le rapport entre la forme et le décor. Son style évolue peu à peu vers la modernité.
Louis Majorelle poursuit alors dans ses ateliers la réalisation de meubles dits de style qu'il conjugue avec une production Art nouveau. Cette fabrication conjointe permet de répondre aux différents goûts de l'époque. De plus, les commandes de pièces traditionnelles assurent la rentabilité des ateliers et alimentent le développement de la création moderne jusqu'à la veille de la Première Guerre mondiale.

La technique du vernis Martin
Une partie de l'héritage de Louis concerne l'emploi du vernis Martin. Cette technique de décor laqué remonte au XVIIIe siècle. A cette époque, l'Europe se passionne pour la Chine. Le raffinement des décors et l'éclat des couleurs suscitent l'engouement des Européens et les meubles laqués remportent un vif succès. Les frères Martin, vernisseurs officiels de Louis XV, créent alors une technique d'imitation de cette laque et produisent des objets de qualité. Une description précise de ce procédé est donnée par A. Phénal dans Le vernis Martin autrefois et aujourd'hui, article paru dans la Revue des Arts Décoratifs en 1890-1891 :
« La décoration genre Martin est une peinture exécutée sur panneau de bois, préalablement recouvert d'un apprêt qui remplace la surface toujours imparfaite du panneau par une surface absolument nette. Ces peintures sont exécutées soit sur fond or, soit le plus souvent sur fond métallisé aux poudres d'or. [...] Les couleurs délayées au vernis (...) sont définitivement recouvertes ainsi que tout l'ouvrage, du vernis spécial, appelé plus particulièrement vernis Martin. »
Ce procédé est abandonné vers la fin du XVIIIe siècle au profit de la marqueterie. Il revient à la mode sous le Second Empire. Auguste Majorelle en prend connaissance, expérimente la technique et obtient rapidement une solide réputation dans ce domaine. Il ajoute alors à son commerce de faïences celui de meubles laqués. Il ne se contente cependant pas de copier la formule du vernis, puisqu'en 1878, il dépose un brevet d'invention pour la décoration des meubles : il obtient un double effet décoratif en incrustant de la poudre de faïence dans le bois et en recouvrant l'ensemble de laque. Ce procédé permet de donner du relief au décor. Son fils Louis le reprend et expose des meubles laqués à l'Exposition universelle de 1889. Il est dès lors présenté comme l'un des rares ébénistes à savoir imiter le vernis Martin avec une telle maîtrise. Emile Gallé s'inspire d'ailleurs de Majorelle, puisqu'il réalise une table, utilisant cette technique, pour un grand magasin : l'Escalier de Cristal.